Une coalition élargie pour assurer le développement du Mont-Sainte-Anne

L’athlète olympique Alex Harvey et l’homme d’affaires Mario Bédard, porte-paroles d’Avenir Mont Sainte-Anne

La grande région de Québec jouit d’un joyau naturel ayant le potentiel de devenir une destination plein air phare dans l’est de l’Amérique du Nord : le parc du Mont-Sainte-Anne. Cette montagne de calibre international, stratégiquement située à 40 kilomètres du centre-ville de Québec, appartient à toute la population : le terrain est la propriété du gouvernement du Québec.

Malheureusement, ce joyau est délaissé depuis plus de 20 ans. Aucun réinvestissement significatif dans les infrastructures et les activités de la station n’y a été fait par le gestionnaire en place depuis 1998. Résultat : des installations dégradées, un potentiel récréotouristique largement sous-exploité et une réputation qui se détériore année après année, sans compter les risques pour la sécurité des usagers. On se rappellera qu’en 2020, deux accidents majeurs impliquant les télécabines ont fait une vingtaine de blessés.

La situation au Mont-Sainte-Anne atteint un seuil critique et ce sous-investissement chronique ne peut plus durer.

Les acteurs régionaux se mobilisent

Plus tôt cette année, les Amis du Mont-Ste-Anne – un regroupement comptant maintenant plus de 500 membres – ont dévoilé un ambitieux plan de revitalisation visant à faire du Mont-Sainte-Anne une destination 4 saisons reconnue comme un modèle d’innovation et de développement durable.

Au-delà des usagers de la montagne, les régions de Québec et de la Côte-de-Beaupré en entier – notamment nos commerçants, nos restaurateurs et nos hôteliers – bénéficieraient d’investissements ayant pour effet de stimuler le tourisme ici, notamment en saison hivernale.

C’est pourquoi nous avons lancé Avenir Mont-Sainte-Anne, un regroupement de leaders politiques, de gens d’affaires, de représentants du milieu touristique, d’athlètes de haut niveau et des citoyens inquiets pour l’avenir de leur montagne.

Au gouvernement d’agir

Les acteurs de la grande région de Québec refusent le statu quo au Mont-Sainte-Anne. Au fil des ans – en 2003, 2008 et 2011 – divers projets d’investissements ont été présentés par le gestionnaire, Resorts of the Canadian Rockies (RCR), sans qu’aucun ne se concrétise. L’ère des belles promesses est révolue.

Nous nous tournons vers le gouvernement du Québec, qui demeure l’unique propriétaire du terrain de la montagne et qui possède, en tant qu’État, tous les leviers nécessaires pour corriger la situation. Il est impératif – et tout à fait possible – de faire du Parc du Mont-Sainte-Anne un centre de plein air de classe mondiale, distinctif, attrayant et sécuritaire. Les retombées économiques seraient majeures et pérennes. Divers scénarios sont envisageables pour y arriver, mais dans tous les cas, le gouvernement doit jouer un rôle de leadership pour faire bouger les choses. Si la volonté politique y est, les moyens suivront.

Avenir Mont-Sainte-Anne ira donc à la rencontre des décideurs concernés et, surtout, multipliera les actions de mobilisation afin que l’avenir du Mont-Sainte-Anne devienne un enjeu politique incontournable pour la grande région de Québec.

Le temps presse. Nous méritons mieux. Et nous le répéterons jusqu’à ce que notre voix soit entendue et que des gestes concrets soient posés.

Ont signé cette déclaration :

Mario Bédard, co-porte-parole, Avenir Mont-Sainte-Anne

Alex Harvey, co-porte-parole, Avenir Mont-Sainte-Anne

Yvon Charest, président, Les Amis du Mont-Sainte-Anne

Steeve Lavoie, président et chef de la direction, Chambre de commerce et d’industrie de Québec

Robert Mercure, directeur, Destination Québec cité

Laurence St-Germain, skieuse et athlète olympique

Pierre Harvey, ex-athlète olympique et citoyen de Saint-Ferréol-les-Neiges

Parise Cormier, ex-mairesse, Saint-Ferréol-les-Neiges

Jean-Luc Fortin, ex-maire, Sainte-Anne-de-Beaupré

Michel Paré, ex-maire, Beaupré

Jean-Pierre Dufour, président, Centre plein air Mont-Sainte-Anne

Jean-François Caron, président, Avalanche

Stéphane Roy, président, Apogée Sports

Henrick Simard, associé, Fasken

Francis Dupuis, copropriétaire, Sport Radical et Bosk Vélo Café

Samuel Simoneau, copropriétaire, Sport Radical et Bosk Vélo Café

Arnaud Girard, copropriétaire, Bosk Vélo Café

Lucas Parent, copropriétaire, Bosk Vélo Café